Conseils : comment préparer la voiture à une excursion hors-route ?

Une excursion hors-route peut être une belle aventure. Pourtant, elle peut aussi bien devenir un vrai tourment si on y va en voiture inappropriée. Découvre ce que chaque débutant de la conduite hors-route doit savoir.

L’aventure avec la conduite hors-route doit commencer du choix d’une voiture appropriée. Ce qui se débrouille bien sur l’asphalte, ne doit pas être toujours bon sur le terrain. Si nos excursions sont limitées seulement à la conduite sur les chemins de gravier, il nous suffit une des SUV les plus populaires. Cependant, si on veut essayer une conduite hors-route plus ambitieuse, il peut s’avérer qu’un SUV moyen ne se débrouille pas et on ne peut pas l’adapter à ce type d’activité. Les voitures de ce type, bien qu’elles soient appelées habituellement des roadsters, sont produites avant tout pour la conduite sur l’asphalte. Le groupe motopropulseur d’un SUV moyen n’est pas adapté à l’alimentation constate de toutes les quatre roues. D’habitude, la propulsion est transmise à l’essieu avant et l’essieu arrière est ajoutée seulement au moment de la perte d’adhérence des roues avants. L’embrayage multidisque est responsable de cela mais, lors d’une lutte longue avec la boue, il peut se brûler.

De plus, si la voiture n’a pas de réducteur, pendant la confrontation avec les obstacles, on peut brûler facilement l’embrayage principal. Si on doit « pêcher » la voiture noyée dans la boue, d’autre problème peut s’apparaître. La suspension d’un SUV est très légère mais elle n’est pas dure. Lors de la sortie de voiture de boue on peut la déformer facilement.

Sur le terrain difficile, les mécanismes différentiels sur les essieux avec la possibilité de blocage sont aussi nécessaires. Un SUV moyen n’en est pas équipé. Dans certains, on peut seulement bloquer l’embrayage principal.

Le choix de modèle de la voiture basé sur la construction de la suspension et le groupe motopropulseur doit être lié au moyen d’exploiter le terrain. Malheureusement, un idéal qui se débrouillerait sur le terrain hors-route aussi bien que sur l’asphalte n’existe pas.

Sur le terrain, la propulsion d’essieu rigide se débrouille le mieux. Un bon roadster doit avoir la suspension solide et le groupe motopropulseur approprié. Il est préférable qu’il ait la propulsion constate sur quatre roues activée rigidement. Le mécanisme utilisé dans les SUV se brûlera rapidement ou il sera coupé après un certain temps pour l’éviter.

Le réducteur est également indispensable parce que sans lui, on peut facilement brûler l’embrayage, même lors de descente d’une plage modeste. L’exception font seulement les voitures avec la boîte de vitesses automatiques qui sont recommandées aux amateurs. S’il s’agit du choix de moteur, les opinions sont divisées. Pendant les excursions plus longues, l’économie des moteurs Diesel est plus utile.

Pour la conduite de loisir sur le terrain, donc pour celle qui est réduite à la conduite sur les routes de gravier, il nous suffit la voiture de la classe SUV. Il vaut la peine de la protéger supplémentairement. Avant tout, il faut installer les blindages métal qui protègent le moteur et les mécanismes différentiels. On peut aussi protéger la voiture contre les rayures à l’aide d’un film plastique. S’il est placé correctement, il est invisible. Pendant la conduite sur le terrain, les pneus sont aussi très importants. Malheureusement, ceux qui se débrouillent parfaitement sur le terrain, font du bruit sur l’asphalte. Si on planifie une excursion hors-route, on doit aussi avoir dans la voiture une règle, une lampe de poche, une roue de secours, un petit compresseur, une navigation GPS et une carte de la région.

Donc, une voiture 4×4 peut être quelque chose de plus qu’un moyen de transport sûr. Grâce à elle on peut se trouver plus proche de la nature, visiter des lieux insolites et regarder les vues qui coupent le souffle.